Courrier Organisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Courrier Organisateur

Message par Admin le Jeu 20 Avr - 8:44

Bonjour à tous,

Comme vous le savez la Course à Obstacles est depuis le 1er Janvier 2017 rattachée à la Fédération Française d'Athlétisme.

Suite à cette annonce nous avons pris contact avec la Fédération pour organiser une réunion rapidement afin de leur présenter les caractéristiques de notre discipline et s'intégrer aux discussions et surtout aux décisions.

Nos contacts (VP de la Fédération) nous ont tout de suite indiqué que le rattachement de la Course à Obstacles à la FFA n'était pas une volonté de leur part mais venait d'une demande du Ministère qui souhaitait encadrer la pratique et minimiser au maximum les risques d'accidents.

Nos premiers entretiens se sont très bien déroulés, nos contacts étant assez ouverts et acceptant l'organisation d'une rencontre FFA-Organisateurs-OCR France.

Quelques semaines plus tard, notre contact nous a fait parvenir un texte ayant pour vocation de réglementer l'organisation des courses à obstacles en nous demandant notre avis.
Après lecture de celui-ci et avec l'aide d'organisateurs nous lui avons remonté nos commentaires et avons obtenu de sa part que ce texte ne sortirait pas sans discussions au préalable.

Après plusieurs relances (mail et messages téléphoniques) restées sans réponses, le 02 Avril 2017 le fameux texte est publié au JO sans qu'aucune de nos remarques n'aient été prises en compte ! (texte en PJ).

Ce texte régit maintenant l'organisation de la Course à Obstacles en France, tous les organisateurs devront s'y plier.

Nous pensons que ce texte n'est pas un bon texte et qu'il va nuire au développement de notre discipline.

Nous pensons que la FFA ne cherche qu'à se protéger (ceinture, bretelles et parachute) contre un éventuel accident mais pas à développer notre sport.

Nous pensons que la FFA ne peut prendre de telles décisions sans interroger les acteurs de la Course à Obstacles.

Depuis la sortie de cette réglementation nous avons essayé de contacter à plusieurs reprises nos contacts à la FFA mais sans aucun succès.

Nous souhaitons donc recueillir vos avis et commentaires sur ce texte et mettre en place les actions nécessaires pour être entendu (ou au minimum écouté) par la FFA.

En l'attente de vos retours nombreux,

PS : merci de faire suivre ce mail à tous vos contacts organisateurs que nous aurions oublié.

Admin
Admin

Messages : 6
Date d'inscription : 03/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://caocr.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Courrier Organisateur

Message par Admin le Jeu 20 Avr - 9:01

COURSES A OBSTACLES
V.   REGLES   TECHNIQUES   ET   DE   SECURITE   SPECIFIQUES   AUX   COURSES   A  
OBSTACLES
L'ensemble des dispositions de ce titre V est applicable à tous les organisateurs.
1

CHAMP D'APPLICATION
Les  présentes  dispositions  sont  applicables  à  toutes
 les  manifestations  pédestres  hors-stade  dénommées  
« courses à obstacles » selon la définition do
nnée au paragraphe I du présent règlement.
L'organisateur  se  doit  de  respecter  les  règles  techniqu
es  et  de  sécurité  définies  au  présent  titre,  afin  
d'assurer  au  mieux  la  sécurité  de  l'ensemble  
des  intervenants  :  membres  de  l'organisation  

 salariés  ou  
bénévoles, prestataires, employés des collectivités territ
oriales intervenant sur la manifestation, participants
et public.
La  participation  aux  courses  à  obstacles  est  interdite  
aux  personnes  âgées  de  moin
s  de  16  ans.  Pour  les  
personnes  âgées  de  moins  de  18  ans,
 la  participation  est  soumise  à  la  présentation  d’une  autorisation  
parentale.
En  cas  de  divergence  avec  les  règl
es  édictées  au  paragraphe  III  du  pr
ésent  règlement,  ce  sont  celles  du  
présent paragraphe qui s'appliquent.
Les objectifs sont :
¾
   d'éviter la survenue d'accidents par la mise
en place de mesures de prévention adéquates ;
¾
   de maîtriser et minimiser les cons
équences d'un éventuel accident.
Du fait de leur caractère particulier :
¾
   obstacles à la progression présentant
des risques particuliers de blessure ;
¾
   concentration des participants en
certaines parties du parcours ;
¾
   distance    parcourue    ;    
¾
   possibilité de se dérouler de nuit ;
¾
   etc.    
...
ces courses doivent faire l'objet d'actions et de moyens spécifiques.
Compte-tenu  de  la  diversité  des  parcours  qui  peuvent  êt
re  proposés,  il  est  du  devoir  de  l'organisateur  de  
faire  une  analyse  complète  des  risques  propres  à  so
n  épreuve,  pour  définir  la  totalité  des  moyens  
nécessaires à la sécurité offerte par celle-ci, en prenant en compte au minimum les paramètres suivants :
¾
   solidité des ouvrages créés pour constituer des obstacles ;
¾
   risques liés à chacun des obstacles ;
¾
   délais d'intervention et typologie des moyens de secours conventionnels du secteur.
Ce devoir de sécurité s'applique à tout ce qui concerne la manifestation.
Il est du devoir de l'organisateur d'informer les pa
rticipants des risques encourus, immédiats comme futurs.
2

COORDINATION ET REPARTITION DES RESPONSABILITES
L'organisateur est responsable de la coordination des me
sures de prévention et d'intervention, le recours à
des tiers ne l'exonér
ant en rien de ses devoirs de sécurité.
Il peut déléguer ces tâches à une (des) personne(s) doté
e(s) de l'autorité, de la compétence et des moyens
nécessaires,  y-compris  auprès  d'un  prestataire,  à  condition  d'établir  une  convention  qui  précisera  bien  les  
responsabilités de chacun.
Il convient de prévoir :
¾
   un  directeur  de  course  :  resp
onsable  du  déroulement  de  l'épreuve  chargé  de  prendre  toutes  les  
décisions nécessaires dans l'intérêt de l'organisation sur le plan sportif ;
¾
   un responsable du parcours : chargé de la défini
tion des obstacles et de l'étude des risques générés
par ceux-ci, de la mise en place du parcours, de
la supervision du montage éventuel des obstacles,
du  suivi  de  leurs  contrôles  lorsque  il  est  requis.  Il
lui appartient de faire appel à toute personne ou
organisme compétent
lorsqu’il
est nécessaire ou requis par le présent règlement. Cette fonction peut
être cumulée avec celle de directeur de course ;
¾
  un responsable des secours : chargé de la définiti
on  et  de  la  coordination  des  moyens  de  secours,  
de la désignation
des intervenants.  
3

REGLEMENT
3

1

Publicité
Le règlement de l'épreuve constitue avec le bulletin d'
engagement, le contrat qui lie l'organisateur avec les
participants.  Il  doit  être  porté  à  la  connaissance  des  participants  par  tous  moyens  possibles,  sans  qu'il  soit  
nécessaire d'initier la procédure d'engagement.
L'engagement nécessitera de la part du participant, l'
acceptation formelle du règlement, soit par sa signature
apposée  sur  le  bulletin  d'engag
ement,  soit  par  case  à  cocher  s’il  s’agit  d’une
 procédure  d'engagement  
informatique.
3

2

Information des participants
Il doit préciser, outre les règles sportives applicables, les risques présentés par les différents obstacles (par
exemple  chutes)  et  les  éventuelles  contre-indications  (p
ar  exemple  risques  allergiques,  risques  d'épilepsie,  
risques cardiaques ...). Cette présentatio
n peut être faite sous forme généri
que si l'organisateur ne souhaite
pas dévoiler la nature finale des obstacles, pour maintenir un effet de surprise.
Il  doit  imposer  aux  participants  la  possession  de  cert
ains moyens nécessaires à l'assurance de leur propre
sécurité :
¾
   port du  (ou des) dossard(s) remis par l'organisateur ;
¾
   éléments  de  tenue  comme  gants,  ou  tenue  particuliè
re  concourant  à  la  lutte  contre  le  froid  si  le  
milieu (terrain enneigé par exemple) ou les conditions climatiques l'exigent ;
¾
   éclairage autonome si compétition en conditions nocturnes ;
¾
ne  pas  porter  de  bijoux  (bagues,  colliers,  bouc
les  d'oreille,  ...)  susceptibles  de  générer  des  
blessures graves ;
sans que cette liste soit exhaustive ou limitative.
Il doit rappeler aux participants qu'ils sont les premiers
responsables de leur sécurité, et qu'ils ont le devoir
de porter assistance à tout autre participant si nécessité.
Il doit préciser, la position et la nature des ravitaillements mis à disposition des participants
Il  doit  clairement  rappeler  aux  participants  la  né
cessité  de  souscrire  une  assurance  dommages  corporels  
individuelle, si elle n'est pas assurée
par leur licence lorsqu'ils en possèdent
une et rappeler l'intérêt d'être à
jour pour la vaccination antitétanique.
3

3

Informations à fournir par les participants
Le bulletin d'inscription doit comporter une zone permettant à chaque participant de pouvoir renseigner :
¾
   ses éventuels traitements médicaux ;
¾
   la personne à prévenir en cas d'accident.
4

DOSSIER TECHNIQUE
Il sera constitué par l'organisateur un dossier technique de la manifestation comprenant :
¾
   un plan de situation ;
¾
   un plan du (des) parcours proposés avec :
¾
    implantation et repérage des obstacles ;
¾
   distances    entre    obstacles    ;    
¾
   distance    totale    ;    
¾
   implantation    des    ravitaillements    ;    
¾
   implantation et repérage des moyens de sécurité et de secours ;
¾
   horaires    ;    
¾
   pour chacun des obstacles proposés :
¾
   son repère sur le plan ;
¾
   sa    description    ;    
¾
   une    photo    ;    
¾
   une analyse des risques :
¾
   inhérents à la construction (rupture, renversement par exemple) ;
¾
   inhérents à l'utilisation (chutes, hydrocution par exemple)
avec la description des moyens mis en œuvre po
ur les éviter ou en limiter les conséquences
;
¾
   les éventuelles limites d'utilisation (par exem
ple nombre de personnes
simultanément présentes
sur l'obstacle) ;
¾
   les moyens de contournement proposés ;
¾
le  nom  de  l’organisme  agréé  chargé  de  contrôle
r  la  conformité  du  montage  des  obstacles  par  
rapport aux notes de calcul ou aux notices de
montage et de mise en œuvre du constructeur
¾
   un document d'organisation générale de la sécurité :
¾
   désignation    et    rôle    des    responsables    ;    
¾
   implantation    des    moyens    ;    
¾
   définitions des liaisons
et plan de fréquences ;
¾
   pour chacun des postes de secours :
¾
   son repère sur le plan ;
¾
   la description des moyens humains et matériels dont dispose ce poste ;
¾
   sa    zone    d'action    ;    
¾
   les parcours d'accès et d'évacuation.
5

CONCEPTION DU PARCOURS
Le parcours doit être adapté aux participants auxquels il est destiné, en fonction de leur âge.
Il  doit  être  tracé  à  l'intérieur  d'un  périmètre  parfai
tement  défini  pour  permettre  un  suivi  efficace  des  
participants.
Il devra, dans la mesure du possible, commencer par
une longueur de course suffisante pour permettre un
étalement des participants dès le premier obstacle.
Il devra s'adapter aux contraintes environnementales :
¾
   respect de la faune et de la flore ;
¾
   ne pas créer de pollution ;
sans   préjuger  
d’éventuelles
  dispositions   réglementaires   supplémentaires   qui   seraient   applicables  
(Natura2000 par exemple).
Sauf  cas particuliers où l'obstacle ne présente pas
de risque intrinsèque (butte, fossé par exemple), chaque
obstacle doit pouvoir être contourné  (les éventuelle
s sanctions sportives résultant de ce contournement ne
sont pas l'objet du présent règlement et sont
laissées à l'appréciation de l'organisateur).
6

REGLES DE CONSTRUCTION
6

1

Conception
Catégories d’obstacles
Types d’obstacles
Mesures minimales de sécurité FFA par obstacle
Obstacle à
franchissement
Plan incliné avec ou
sans corde, mur
d’escalade, échelle,
mur
, filets,
troncs,
cordes,
etc...
Éviter le basculement ;
Prévoir une aire de réception proportionnelle
et
adaptée
à la hauteur de l’obstacle
;
Hauteur inférieure à
3 mètres ;
Garde
-
corps lorsqu’il est possible de demeurer de
manière statique (assis ou debout) sur
le haut de
l’obstacle
;
Présence d’un «
commissaire ».
Obstacle fermé
Tunnel, avec ou sans
eau, etc...
Pour tous les obstacles, présence d’u
n
«
commissaire » à chaque extrémité ;
Pour les obstacles immergés
:
-
longueur inférieure à 1 mètre ;
-
présence
d’un titulaire du BNMSS
.
Pour les obstacles semi-immergés :
- accès secours tous les 4 mètres.
-
présence d’un BNMSS
.
Pour les autres obstacles
:
- longueur maximale de 6 mètres.
Obstacle prévoyant de
l’eau
Parcours aquatique,
traversée zone
aquatique, e
au
glacée,
bac à boue,
toboggan
,
etc...
Un « commissaire » à chaque extrémité, accompagné
d’un titulaire du
BNSSA
Longueur de la zone inférieur
e à 25 mètres.
Si la zone est supérieure
à 80 cm de profondeur, la
présence d’
un BNSSA
et d’un «
commissaire » à
cha
que extrémité ;
Si la zone est inférieure à 80 cm, la présence d’un
«
commissaire » à chaque extrémité.
Etude de la qualité de l’eau et des risques
épidémiologiques
.
De l’eau propre afin de rincer les yeux en cas de
projection de boue.
Obstacle au sol
Zone nécessitant de
ramper avec ou sans
entraves (barbelés,
fils élect
rifiés
, ...),
pneus,
etc...
Présence d’un «
commissaire ».
Ampérage inférieur à 10
milliampères
, barbelés non-
rouillés.
Vérification de l’absence de corps dangereux (vis,
clous, etc...) au sein
des pneus.
Obstacle prévoyant un
saut
Pneus, matelas
gonflable, saut dans
l’eau
Présence d’un «
commissaire ».
Zone de sécurité et aire de réception proportionnelle
et adaptée
à l’obstacle.
Si le saut s’effectue dans l’eau, présence d
’un
« commissaire
» et d’un
BNSSA a minima.
Obstacles d’équilibre
Franchissement de
poutres, de cordes
plates, de ponts,
etc...
Présence d’un «
commissaire ».
Si aucune surface de réception n’est prévue
: hauteur
inférieure à 1 mètre.
Si une surface de réception est prév
ue (matelas,
étendue d’eau, etc...) celle
-
ci devra être adaptée à la
hauteur de l’obstacle qui ne
peut en tout état de cause
dépasser 2,5 mètres.
Obstacles à
feu ou
flammes
Franchissement de
zones enflammées au
sol, charbon brûlant,
etc...
Moyens d’extinction (extincteur, point d’eau...)
Tous les obstacles, dont la construction impose des li
mites d'utilisation liées aux contraintes subies par les
matériaux, doivent faire l'obje
t d'une note de calcul, établie par un organisme compétent.
Sont, en particulier, soumis à cette obligation :
¾
  les  obstacles  soumis  au  poids  des  participants  tels  que  poutres,  portiques,  ponts,  structures  
métalliques,  filets  ...  et  susceptibles  de  rupture  sous  l'effet  du  poids  des  participants  présents  sur  
l'obstacle ;
¾
   les obstacles soumis à un risque de renversement
ou de déplacement sous l'effet de la poussée des
participants tels que portiques, murs, rouleaux de paille ...
Cette note de calcul doit être établie sur la base d'un référentiel pertinent (normes françaises homologuées  
ou à défaut normes éditées par un or
ganisme internationalement reconnu ou code de calcul reconnu) et des
données  d'utilisation  (effectif  maximal  retenu)  fournies  
par  l'organisateur,  en  tenant  compte  des  contraintes  
dynamiques  liées  au  mouvement  des  participants  et  de
s  conditions  climatiques  du  lieu  (règles  «  neige  et  
vent » NV65 DTU P06-002).
Sont  dispensés  de  cette  note  de  calcul,  les  obstac
les  constitués  de  systèmes  conformes  à  une  norme  
homologuée (norme harmonisée NF EN ou norme fran
çaise NF) ou satisfaisant aux exigences essentielles
de  sécurité  les  concernant,  et  attesté,  selon  le  systèm
e  dont  ils  relèvent  de  par  la  loi  (auto-déclaration,  
examen  de  type,  examen  individuel,  ...),  par  le  ma
rquage  CE  apposé  sur  ces  systèmes  et  utilisés  
conformément aux instructions du constructeur.
Tous  les  obstacles,  dont  l'utilisation  génère  des  risque
s  particuliers  aux  participants,  tels  que  tunnels,  zone  
de rampage, zone électrifiées, doivent être conçus de te
lle sorte qu'ils puissent être utilisés sans risque de
blessure  systématique  dans  le  cadre  d'une  utilisati
on  normale  (par  exemple  un  
passage  en  buses  ou  une  
zone de rampage sous barbelés doit permettre le passage de tous les gabarits corporels).
Lorsqu'il est fait usage de poudres,
mousses, aérosols ou autres produits similaires, ces produits ne doivent
pas présenter de risques d'intoxication, d'allergie ou de
pollution. Une fiche toxicologique devra être jointe au
dossier technique.
6

2

Construction
Les obstacles doivent être construits conformément aux
dispositions prévues par les notes de calcul ou de
montage du constructeur, par des pe
rsonnes compétentes et formées.
6

3

Prévention des accidents
Tout obstacle présentant un risque pa
rticulier,  ou  soumis  à  limites  d'utilisation,  doit  être  sous  la  supervision  
effective et permanente d'une ou plusieurs personnes,
chargées d'effectuer une éventuelle régulation et de
prendre toute mesure nécessaire à éviter toute situatio
n anormale potentiellement dangereuse. Cette ou ces
personnes doivent être dotées de moyens permettant
de les mettre en liaison avec le PC de sécurité.
Lorsqu'un obstacle présente un risque de chute (par ex
emple poutre glissante), la hauteur de chute doit être
limitée et la zone de chute doit disposer de moyens permettant de l'amortir.
Tout obstacle électrifié ne doit utiliser que des disp
ositifs conformes aux exigences essentielles de sécurité
les concernant, en particulier, l'énergie doit être limitée
et fournie par une source autonome. Il doit être doté
d'un dispositif de coupure d'urgence.
Lorsque  l'activité  proposée  dans  une  zone  de  défi  est  
susceptible  de  générer  des  
risques  pour  les  autres  
participants  (par  exemple  zone  de  tir  ou  de  jet),  son  implantation  doit  être  telle  que  ces  risques  soient  
supprimés, par interposition d'écrans ou la
délimitation d'un périmètre d'exclusion.
Tout obstacle constitué d'éléments susceptibles de géné
rer un incendie doit être doté, à proximité immédiate
de  moyens  permettant  d'en  stopper  le  développement  
(extincteurs,  prise  d'arrosage  et  tuyaux  ...)  avec  
présence  humaine  permanente.  Le  dispositif  ne  pourra
 être  abandonné  que  lorsque  tout  risque  aura  été  
éliminé (par exemple par noyage).
6

4

Contrôle
La  conformité  du  montage  des  obstacles  par  rapport  au
x notes de calcul ou aux
notices de montage et de
mise en œuvre du constructeur doit être contrôlée par un organisme agréé.
7- PREVENTION DES ACCIDENTS AUX PARTICIPANTS
7

1 - Préambule
Outre  les  mesures  de  prévention  signalées  au  paragr
aphe  3-2  «  Information  des  participants  »,  visant  à  
imposer  le  port  d'équipement  spécifique  et/ou  matériel
 de  sécurité,  et  au  paragraphe  6-3  «  Prévention  des  
accidents », visant à la prévention des accidents in
hérents aux obstacles eux-mêmes il convient de prendre
des précautions complémentaires.
7

2

Météo
La  conn
aissance  du  temps  prévisible  est  nécessaire  à  la  mise  en  œuvre  de  moyens  adéquats  à  la  
prévention d'éventuels accidents :
¾
   dus à la température réelle et re
ssentie : froid ou chaud extrême ;
¾
   dus à l'humidité, la pluie ou la neig
e qui augmente les risques de chute ;
¾
  dus à l'intensité des précipitations : risque de montée rapide des eaux ou déstabilisation de terrains
(chutes de pierres, coulées de boue ...)
;
¾
   dus  à  une  modification  possible  des  conditions  d'
utilisation  de  certains  obstacles  sous  l'effet  de  
facteurs climatiques particuliers (tenue des fixations, montée d'eau
...)
.
Les responsables parcours et sécurité devront s'inform
er des conditions climatiques prévues localement sur
la durée de la manifestation auprès d'un
organisme de météorologie reconnu ou
disposer d’un thermomètre
WBGT.  La  dernière  interrogation  devra  avoir  lieu  dans  
les  deux  heures  qui  précédent  la  manifestation.  Ils  
devront solliciter le médecin chef pour avis.
7

3

Identification des participants
Tous les participants devront être identifiés
par un (des) dossard(s) re
mis par l'organisateur.
7

4

Suivi des participants
Le dernier participant sera suivi par un ou plusieurs « fermeur(s) » du parcours.
Tout participant qui abandonne doit le signaler à l'organisation.
L'organisateur  devra,  sous  la  responsabilité  du  Dire
cteur  de  course,  s'assurer  qu'il  ne  reste  plus  aucun  
participant sur le parcours à l'issue de la manifestation.
8

MOYENS DE COMMUNICATION
Voir paragraphe IV-B-2 (« Mesures de sécurité spécifiques aux trails

Moyens de  communication radio »)
9

SECOURS
9

1

Préliminaire
Les  moyens  décrits  au  présent  paragraphe  sont  à  
considérer  comme  un  minimum.  Il  appartient  à  
l'organisateur de les adapter en fonction de la nature propre de sa manifestation en se référant au cahier des
charges des compétitions hors stade :
¾
   nombre de participants (par épreuve et cumulé) ;
¾
   durée  prévisible  (temps  minimum,  temps  maximum)  en  fonction  de  la  distance  à  parcourir  et  des  
obstacles proposés ;
¾
   nature    des    obstacles    ;    
¾
   accessibilité    sur    le    parcours    ;    
¾
   conditions climatiques prévisibles ;
¾
   effectif du public prévisible ;
¾
   existence de structures locales (hôpital, SMUR, pompiers
...)
;
¾
   etc.    
... .
Ils doivent permettre d'intervenir dans un délai et av
ec une qualification équivalents aux moyens de secours
conventionnels du secteur.
La priorité du schéma d'organisation des secours est, en
premier lieu, d'assurer les urgences vitales et non
les soins de confort.
9

2

Organisation générale
Les secours sont sous l'autorité d'un respon
sable des secours (voir définition en V-2).
Le  schéma  d'organisation  des  secours  est  établi  sous  la  responsabilité  du  responsable  des  secours,  en  
collaboration, si nécessaire, avec une société spécialisée
ou tout expert qu'il jugera bon de s'adjoindre, sous
réserve que ces collaboration
s soient contractualisées.
Les secours sont structurés avec :
¾
   un PC sécurité : lieu où se trouve le responsable sécurité et les représentants des différentes forces
affectées  à  la  sécurité  (police,  gendarmerie,  pompiers,  secouristes  ...
)  et  où  se  fait  la  coordination  
entre les différentes forces et leurs moyens. Il
dispose des moyens de communication nécessaires
(radio,  téléphones  d'urgence  ...),  des  bulletins  d'in
scription  des  participants.  Il  consigne  sur  main  
courante horodatée toutes communications et mouvements;
¾
   un ou plusieurs postes de sécurité répartis sur le parcours, en fonction de la distance et des moyens
d'accès. Chacun de ces postes a compétence sur un
e zone d'action précisée au dossier technique.
Chaque poste est sous la responsabilité d'un chef de poste, chargé de la liaison et la coordination
avec  le  PC  sécurité  et  du  déploiement  des  moyens
 d'intervention  et  de  secours  dans  sa  zone  de  
compétence ;
¾
   une ou plusieurs équipes mobiles ;
¾
   de superviseurs à proximité immédiate de chaq
ue obstacle à risque particulier (cf. V-6-3).
Ils font l'objet d'un document d'analyse à joindre au dossier technique et subdivisé en deux rubriques :
¾
   participants    et    organisateurs    ;    
¾
   public.    
9

3

Public
Sauf  disposition  dérogatoire  préfectora
le  particulière,  il  sera  mis  en  place,
 dès  lors  qu'il  y  a  plus  de  1500  
personnes présentes simultanément et payantes sur le si
te  de  la  manifestation,  un  «Dispositif  Prévisionnel  
de Secours » (DPS), conformément à l'arrêté du 7 novembre 2006.
9

4

Participants et organisation
9

4

1

Moyens en personnel
Médecin :
La prise en charge des interventions médicale
s est sous la supervision d'un médecin chef,
présent en permanence sur la manifestation,
quelque soit le nombre de participants.
Il peut être secondé par un ou plusieurs
autres médecins, à poste fixe, ou mobile.
Au-delà de 1000 participants, un second médecin est nécessaire.
Nota :
 un  médecin  est  un  do
cteur  en  médecine  (thèse  finie),  
de  préférence  avec  expérience  en  
médecine hospitalière. Il ne peut en au
cun cas s'agir d'un interne en médecine.
Infirmier :
diplômé d'état ou infirmier sapeur-pompier pouvant intervenir, en situation d'urgence et en
absence  de  médecin,  dans  le  cadre  de  «  protocol
es  infirmiers  »  mis  en  place  par  le  médecin  en  
charge de la manifestation (décret 2002-194 du 11 février 2002).
Secouristes :
 niveau  PSE1  minimum,  il  doit  faire  obligatoirement  relever  d'une  association  de  
secourisme  agréée  par  le  Ministère  de  l'Intérieur.  Chaque  équipe  de  secours  est  composée  au  
minimum de deux personnes.
Nageur-sauveteur :
personne titulaire du BNSSA. Chaque ob
stacle constitué de pièce(s) d'eau devra
être sous la surveillance perm
anente d'un nageur-sauveteur.
Il  doit  être  conclut  une  convention  avec  ch
acune  des  personnes  ou  chacun  des  organismes  
participants aux secours.
Services  médicaux  :  
L'organisateur  est  libre  de  proposer  ou  
non  de  tels  soins  de  confort  tels  que  
stands
de récupération, ostéopathes ...
9

4

2

Moyens matériels
Il  sera  présent  sur  place  au  moins  une  ambulance  
agréée  pour  le  transport  des  blessés  vers  les  
hôpitaux du secteur (UMH, VPSP, VASV, PSE, ASSU).
Il  sera  prévu  au  minimum  une  ambulance  supplémentaire  par  fraction  (entière  ou  partielle)  de  1000  
participants.
Nota :
pour 3500 participants, par exemple, il faudra donc 4 ambulances.
Les véhicules d'intervention seront adaptés au terrain.
9

4

3

Premiers soins
L'organisateur  devra  mettre  en  place,  dans  la  zone
 d'arrivée,  un  dispositif  destinés  à  donner  les  
premiers soins lorsque l'état du patient ne nécessite ni examen complémentaire et/ou hospitalisation.
Ce dispositif peut être assuré par des infi
rmier(e)s et/ou des secouristes à poste fixe.

Admin
Admin

Messages : 6
Date d'inscription : 03/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://caocr.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum